lundi, décembre 01, 2008

être ou ne pas être . . .pareil


Y’a des choses que je comprends pas. Par exemple, Sylvain Cossette et ses 2 albums « 70’s»

Son premier album hommage aux années 70 se voulait un album de reprises (encore?) des succès qui ont bercé son enfance et une partie de la mienne. Lors de ce genre d’exercices, les artistes veulent rendre un hommage a leurs idoles et ils s’approprient la chanson et tentent d’apporter une touche personnelle. Dans certains cas, ça marche. Je pense à « With a Little Help from my Friends » des Beatles par Joe Cocker , « You Really Got Me » des Kinks par Van Halen. Ou encore, « Tainted Love » de Gloria Jones par Soft Cell, qui dans ce cas ci, a même réussi a éclipser l’originale.

Sylvain a tenté l’exercice pour son album 70’s Vol 1. Reprendre « More than a Feeling » de Boston ou “Somebody to Love” de Queen , ça prend des couilles et des cordes vocales de téflons pour s’y attaquer. Il a prouvé qu’il avait les deux : Des couilles pour refaire les chansons a sa manière et la voix pour les chanter.
Malheureusement, ça lève pas… non seulement ça ne lève pas et ça ne rend pas hommage aux artistes, mais ça crée chez l’auditeur, un certain malaise. Ce qui force à croire que la plupart des gens qui ont acheté ces albums ne sont pas des fans de musique mais des gens qui aiment Sylvain Cossette. Ca me fait poser de sérieuses questions sur les goûts de la population en générale quand je vois que les 2 albums les plus vendus au Québec, sont des albums de reprises. Cossette et les Lost Fingers

Et Sylvain semble avoir compris deux choses de son expérience :
1- Malgré tout, les gens sont prêts a acheter n’importe quoi. 100 000 fois plutôt qu’une pour être précis et qu’il y a une piastre a faire là malgré les droits d’auteurs qu’il doit payer.
2- Alors pourquoi se casser la tête a refaire de nouveaux arrangements?

Ce qui nous emmène à 70’s Vol. 2. Toutes les chansons de cet album sont des copies conformes aux originaux, pratiquement note pour note! Je ne comprends pas le but.
Que Sylvain fasse un show et nous sorte un album live de ces chansons, ça passe. Mais pourquoi les refaire pareils pareils pareils en studio!? C’est quoi la différence entre ça et un
«bar-band » qui vous joue les classiques pendant que vous buvez une bière? Y’en a pas.

En 1998 Gus Van Sant a refait le film Psycho de Hitchcock. Jusque là, on peut être d’accord ou non, des remakes il y en a depuis les débuts du cinéma. Mais Van Sant ne se contente pas de simplement faire un remake d’un « classique plus que classique », non. Il refait le film tel quel, plan pour plan, mêmes répliques…pareil pareil pareil sauf que ce dernier est en couleur. Pourquoi, Pourquoi, Pourquoi??? Ca apporte quoi au genre humain???

On se pose la même question en écoutant le dernier album de Sylvain Cossette. Ca apporte quoi de plus d’entendre la voix de Cossette au lieu de Sting, Don Henley, Paul McCartney ou Jon Anderson ??? Si j'écoute la radio, je gagne quoi a écouter la copie conforme de "message in a Bottle" chanté par Sylvain Cossette au lieu de "Message in a Bottle" par The Police?

Au moins dans les années 60, les artistes d'ici se donnaient la peine de traduire les chansons pop britaniques et américaines. Maintenant. on se casse plus la tête.

Je me demande si les 2 albums de Sylvain Cossette on eu droit a des subventions du gouvernement...? Si oui, Bonjour la création!!!

5 commentaires:

Louis-Philippe Lafontaine a dit...

Dans le même ordre d'idée, j'ADORE la version de « Born in the Bayou » de Francis Cabrel. C'est pas du note par note; c'est une adaptation brillante + une traduction très très bonne.

Cossette devrait s'en inspirer au lieu de faire du copier-coller.

Ricardo Martin a dit...

Sylvain a tenté l’exercice pour son album 70’s Vol 1. Reprendre « More than a Feeling » de Boston ou “Somebody to Love” de Queen , ça prend des couilles et des cordes vocales de téflons pour s’y attaquer. Il a prouvé qu’il avait les deux : Des couilles pour refaire les chansons a sa manière et la voix pour les chanter.

Ça prend du jugement aussi. Et ça, SC n'en a pas. Ou plutôt oui. Car 100000 copies de vendus démontre que nous, les dénigreurs de SC, sommes dans le champ.

Ça en dit beaucoup aussi, malheureusement sur le public Québécois. On pourrait croire que le tout Montréal qui s'enorgueillit depuis 30 ans d'avoir été la porte d'entrée de Supertramp et Pink Floyd en Amerique du Nord aurait denoncé avec vigueur ces sous-produits de consommation rapide. Et non, les gens se ruent à se spectacles.

C'est assez ironique quand on pense que cette année, on a eu droit à un inondation des crises de larmes de nos artistes, reclamant subvention apres subvention.

Un album de remake, est-ce de l'art? Pour moi, un artiste crée. Céline Dion n'est pas une artiste. Elle est une artisane. René Angelil lui est le plus grand artistes Québécois. Il a créé Céline. Et comme les Rois au moyen-âge, il l'a marié. Afin d'éviter de partager sa richesse.

Les CDs de SC ont-ils été subventionnés. Le dernier CD de Claude Dubois, un remake de ses propres chanson (faut le faire), l'a été.

Bottom line, tu touches pas a "More Than A Feeling". Tout au plus, tu l'inclus au moment approprié dans un film... "She's Having A Baby" par exemple, question de bien saisir le moment dans le temps.

Mais je me rassure. Dans 10-15-20 ans d'icitte, y'a pas un artiste qui va reprendre une toune de SC. Quelque part, il y a une justice.

p.s. Neil, on se demande vraiment où tu vas chercher toutes ces idées de billet...

Neil Obstat a dit...

p.s. Neil, on se demande vraiment où tu vas chercher toutes ces idées de billet...

- c'est mon frere qui ma suggéré ce billet. Il a des bonnes idées lui aussi

Alexandre a dit...

Juste un mot pour dire merci.

Merci pour ce billet. J'ai pensé en faire un sur le même sujet lorsque j'ai entendu la version de Bohemian Rhapsody à la radio.

Faute de temps, ma "frustration" du moment s'est estompé et je n'y ai plus repensé. Ce qui est une bonne chose pour ma santé de toute façon;)

Neil Obstat a dit...

@ Alexandre

Si ca t'a permis de faire sortir un peu de mechant, ca me fait plaisir